Var : un retraité condamné pour avoir braconné des rouges-gorges

Le 26 septembre 2022, le tribunal correctionnel de Toulon a condamné un homme d'une soixantaine d'années pour avoir braconné, tué et vendu des milliers de rouges-gorges. Selon les informations du site France 3 Provence-Alpes-Côtes d'Azur, l'homme avait déjà été condamné l'année dernière à 12 000 euros d'amende.

L'homme, un ancien agriculteur, a déclaré qu'il chassait entre 20 et 25 oiseaux par jour à Revest-les-Eaux. Selon les estimations de l'Office français pour la Biodiversité, cela représenterait 5 000 rouges-gorges par an. Le braconnier vendait ensuite les oiseaux 8 euros l'unité. Il en conservait également pour sa propre consommation. Pour capturer les oiseaux, il posait des mâchoires en acier qui se refermaient sur le cou des rouges-gorges et les décapitaient. L'ancien agriculteur n'avait plus qu'à récupérer les cadavres.

Lors du procès, quatre associations (One Voice, LPO, ASPAS et FNE PACA) se sont portées parties civiles. Alors que le procureur avait requis 5 000 euros d'amende, l'interdiction de détenir une arme et la publication du jugement dans Le Chasseur français, le tribunal correctionnel a décidé d'aller beaucoup plus loin dans les sanctions.

Source : Pixabay
Publicité

Le braconnier a en effet été condamné à six mois de prison avec sursis, 25 000 euros d'amende, la confiscation de tous les scellés, l'indemnisation de toutes les parties civiles à hauteur de 3 000 euros de préjudice moral, l'interdiction de détenir une arme et la publication de la décision dans Le Chasseur français.

Muriel Arnal, la présidente de One Voice, a déclaré à l'issue de l'audience :

Mais où étaient les chasseurs ce lundi, pour défendre la biodiversité, eux qui touchent des millions d’euros pour cette mission ? On ne les a ni vus ni entendus évidemment. Sans l’OFB et nos associations, les rouges-gorges déjà si fragilisés continueraient de périr braconnés ou piégés à la glu. Qu’on ne s’y trompe plus, les seuls défenseurs de la biodiversité, c’est nous !

Le rouge-gorge est une espèce protégée en France depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 (au même titre que le hérisson, lui aussi protégé par cet arrêté). Sa capture, sa destruction ou sa captivité sont donc formellement interdites. Dans le Var, le rouge-gorge a longtemps été un mets très apprécié, et certains s'accrochent encore à cette tradition. D'autres profitent de l'interdiction pour se faire de l'argent en revendant des oiseaux braconnés à des amateurs qui n'hésitent pas à passer par le marché noir. La situation du rouge-gorge n'est pas sans rappeler celle de l'ortolan dans le sud-ouest.

✍ Article publié le
4/10/2022
par
Andrea A.