Actus

Poitiers : gros succès pour le bar à chats

Publié le
21/7/2022

Un bar à chats, le Koby Coffee, a ouvert à Poitiers le 9 juin 2021. Depuis, le succès est au rendez-vous, et malgré la crise sanitaire, l'établissement ne désemplit pas, comme l'explique le site d'informations France 3.Matthieu De Almeida, co-gérant de l’endroit avec sa femme et ancien serveur, explique :

On a toujours voulu travailler avec les animaux. À l’origine, on voulait créer un refuge, mais c’était difficile. On était jeunes, il fallait des contacts et cela coûtait cher. Alors on s’est dit pourquoi ne pas lier nos emplois qu’on aime, et notre passion pour les animaux, et créer un bar à chats.

Source : Colette Aubert - France Télévisions

Le Koby Coffee accueille entre dix et quinze chats, qui se prélassent au milieu des clients, ravis de la présence de ces félins. Fiona, une cliente désormais habituée, confie avec enthousiasme :

J’ai des perruches chez moi, je ne peux pas avoir de chat. C’est l’occasion de venir en caresser, je suis contente qu’un endroit comme celui-ci ait ouvert à Poitiers.

Les animaux viennent du refuge SPA de Poitiers et sont disponibles à l'adoption. Aurore Kazmierczak, gérante du bar, ajoute :

Les chats sont mis ici en attendant d’être adoptés. Certains restent quatre jours, d’autres trois mois.

Source : Colette Aubert - France Télévisions

Aurore et Matthieu privilégient les félins qui ont le moins de chance d'être adoptés, comme les chats malades, handicapés ou âgés.

Des gens viennent chez nous pour adopter, mais il y a aussi des personnes qui viennent sans envie particulière et qui ont un coup de cœur pour un chat. On évite de poster des annonces pour éviter le côté "choix sur photo". Notre but, c’est de trouver des chats adaptés aux familles, de façon à ce que tout se passe pour le mieux par la suite.

Dans tous les cas, le succès est au rendez-vous au Koby Coffee.

Le bar fonctionne bien. On n’est pas ouvert depuis longtemps, mais on a de bons retours. [Le weekend], la salle est pleine.

(Image d'illustration : Source : Colette Aubert - France Télévisions)