Protection

Pérols renonce à sa corrida suite à une décision de justice

Publié le
22/5/2023

Le maire de Pérols a pris la décision de renoncer à son projet de corrida qui devait avoir lieu le 15 juillet prochain. Le tribunal administratif de Montpellier a statué sur cette affaire suite à la saisie de plusieurs associations anti-corrida, concluant que la corrida n'était pas une tradition locale ininterrompue. La ville de Pérols regrette de ne pas pouvoir faire appel dans les délais impartis.

Le tribunal administratif a donc rendu sa décision le mardi, ordonnant à la commune de Pérols d'annuler la corrida prévue. Les associations anti-corrida avaient saisi la justice pour faire valoir que cette pratique n'était pas une tradition locale ininterrompue. Le tribunal a approuvé cet argument en constatant qu'aucune corrida n'avait été organisée à Pérols depuis vingt ans.

La ville de Pérols "prend acte" de cette décision et déplore l'impossibilité de faire appel dans les délais nécessaires pour maintenir la corrida, a déclaré le maire Jean-Pierre Rico dans un communiqué. Il a toutefois affirmé qu'il existe bel et bien une "tradition locale ininterrompue" à Pérols, dans le sens où la ville se trouve au cœur d'une région où la tauromachie fait partie des traditions, entre le Pays Basque et la Camargue.

Le maire de Pérols a pris la décision de renoncer à son projet de corrida qui devait avoir lieu le 15 juillet prochain.
Publicité

Cette décision du tribunal est saluée par les associations anti-corrida. Claire Starozinski, de l'Alliance anti-corrida, a réagi en disant : "C'est une décision de bon sens. Nous avons consulté les habitants de Pérols. Nous avons apporté la preuve que la plupart d'entre eux ne voulaient pas de corrida. Cette tradition locale n'est pas vivace dans la commune." L'association CRAC Europe (Comité radicalement anticorrida) se réjouit également de cette décision, affirmant qu'elle dissuadera d'autres organisateurs nostalgiques de pratiquer des corridas pour le plaisir de tuer des animaux.

Cyril Vaucelle, chargé de mission pour le CRAC Europe, exprime sa satisfaction en déclarant : "Quand nous avons appris la décision, j'ai ressenti des frissons dans tout le corps. Nous savions que nous allions sabrer le champagne. Nous n'obtenons pas souvent de victoires. C'est la première fois que nous voyons une petite ville décider de réintroduire des corridas après 20 ans. Le tribunal a été cohérent. Il n'y a plus de tradition à Pérols, donc pas de corrida, tout simplement."