Paris : fin du marché aux oiseaux

Le marché aux oiseaux de Paris, créé au XIXe siècle, va définitivement fermer ses portes. Installé sur l'Île de la Cité, en plein cœur de Paris, ce marché a été rebaptisé marché aux fleurs reine Élisabeth II, en l'honneur d'une visite de la défunte monarque en 2014. Cette fermeture ne sort pas de nulle part, comme le rappelle le site d'informations France 3, puisqu'elle fait suite à une décision prise en 2021. La vente d'oiseaux (et de tout autre animal) cessera définitivement à la fin de l'année : les fleuristes, eux, ne sont pas concernés.

Cette fermeture est motivée par le souci du bien-être animal, mais les exposants ne l'entendent pas de cette oreille. Cécilia Badalamenti, qui a installé son étal voilà 40 ans, s'insurge :

C'est très injuste. Toute la semaine, les oiseaux sont en volière. Le samedi soir, on les attrape pour les exposer ici parce que l'on n'a pas d'autres solutions et le lundi, ils repartent en volière. Pour nous, il n'y a pas de maltraitance animale.
Source : Pixabay
Publicité

Ce n'est pas l'avis de Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris chargée de la végétalisation de l’espace public, des espaces verts, de la biodiversité et de la condition animale :

Aujourd'hui, les attentes du public sont différentes de celles que l'on a pu avoir par le passé. On n'accepte plus des conditions de présentation ou de détention des animaux.

Certains habitués du marché aux oiseaux se rangent pourtant du côté des exposants. L'un d'eux explique ainsi la possibilité d'avoir un conseil concernant les oiseaux auprès de personnes professionnelles. Qu'importe, le marché fermera bel et bien ses portes. La municipalité a aussi expliqué vouloir lutter contre le trafic d'animaux. L'association Paris Animaux Zoopolis (PAZ), à l'origine d'une pétition demandant la fermeture du marché, déclare, par la voix d'Amandine Sanvisens, sa co-fondatrice :

On veut une loi. L'année dernière, l'Assemblée a adopté l'interdiction de vendre des chats et des chiens en animalerie. C'est un premier pas, mais ce ne va pas assez loin. Le parlement oublie tous les autres animaux.
✍ Article publié le
5/10/2022
par
Andrea A.