One Voice monte au créneau pour défendre les loups

L’association One Voice se présentera devant le tribunal administratif de Montpellier le 30 novembre 2022, afin de faire suspendre un arrêté autorisant les tirs de défense renforcée dans l’Hérault, comme le rapporte le site d’informations France 3.

Un arrêté préfectoral, en date du 27 octobre 2022, a en effet autorisé un éleveur de Fraisse-sur-Agout à effectuer des tirs de défense renforcée afin de protéger son troupeau. One Voice dénonce :

Pour un seul troupeau situé dans une zone non protégeable, le préfet de l’Hérault autorise d’emblée des tirs de défense renforcée sur des loups sans être passé d’abord par des tirs d’effarouchement et de défense simple.
One Voice tente de faire suspendre un arrêté autorisant un tir de défense renforcée. (Illustration : Pixabay)
Publicité

Me Hélène Thouy, l’avocate de l’association, a déposé un référé-suspension afin de faire suspendre immédiatement l’arrêté. L’association ajoute :

Les loups sont des animaux sensibles, discrets, sociaux, qui ont toute leur place dans nos écosystèmes. Leur espèce est revenue naturellement sur le territoire national, preuve, s’il en fallait une, que les conditions de leur présence sont réunies.

Le loup est par ailleurs une espèce protégée au niveau européen depuis 1992, grâce à la Convention de Berne. Les tirs de défense renforcée, qui sont en réalité des tirs létaux destinés à tuer l’animal, sont très encadrés et doivent répondre à des exigences très précises. Ils font normalement suite à un tir de défense simple et à des dégâts très importants subis par le troupeau attaqué. Et c’est là où le bât blesse, pour One Voice.

Pour le troupeau de Fraisse-sur-Agout, certes il a été déclaré non protégeable, mais d’une part aucun tir de défense simple n’a été autorisé au préalable, et surtout, il n’y aurait eu aucune attaque depuis un an !

De son côté, Hugues Moutouh, le préfet de l’Hérault, rappelle :

le droit des éleveurs à vivre de leur métier mais aussi l’importance du rôle joué par le pastoralisme dans notre territoire.

One Voice espère obtenir gain de cause, après un premier échec dans le Gard, le 16 novembre 2022. Le tribunal administratif de Nîmes avait en effet rejeté le référé-suspension déposé par l’association pour faire suspendre les tirs de défense renforcée dans le département.

✍ Article publié le
28/11/2022
par
Andrea A.