Actus

One Voice face au Marineland d'Antibes

Publié le
21/7/2022

Le 25 mai 2022 se tenait devant le tribunal judiciaire de Grasse l’audience faisant suite à la demande d’expertise déposée par l’association One Voice concernant le Marineland d’Antibes. L’association exige en effet une évaluation indépendante de l’état d’Inouk et Moana, deux orques détenues par le parc.


One Voice dénonce cependant l’attitude du Marineland au cours de l’audience, qui a avant tout tenté de discréditer les militants, en arguant qu’ils possédaient un avis biaisé en raison de leur position anti-captivité. L’association s’insurge :


Nous demandons justement que le tribunal décide d’ordonner une expertise indépendante. On ne demande ni à avoir accès aux animaux, ni non plus que les experts à qui nous avons fait appel en disposent. Le but est l’évaluation de l’état de santé d’Inouk et de Moana (et plus largement celui de l’eau et des installations, mais toujours dans cette optique). Si l’on suit cette logique, l’équipe de direction de Marineland devrait être d’accord avec nous ! Pourquoi refuser ?


La présidente du tribunal a souligné les enjeux importants de ce dossier. Elle a également précisé :


Je vous rappelle néanmoins que nous sommes en audience en référé et que vos plaidoiries ne doivent pas être la simple lecture de vos écritures respectives.


L’avocate de l’association a pointé l’existence de rapports accablants concernant la santé des deux orques. Ces rapports ont été rédigés par les docteurs Dre Visse et Gallego et soulignent l’état alarmant des animaux. Pour eux, les orques ont leur place dans un sanctuaire et ont besoin de recevoir des soins vétérinaires urgents.


Source : One Voice



L’avocate du parc a contre-attaqué :


Quand on lit les publications de One Voice, on a l’impression que le parc est une sorte de no man’s land qui ne respecterait aucune règle. […] One Voice estime que les orques devraient se développer en sanctuaire et plus en parcs. Ne leur en déplaise, Marineland a le droit de les détenir et de les exploiter.


Elle a ensuite remis en question la légitimité des rapports fournis par l’association :


Ces personnes ne sont pas vétérinaires ni experts. Les rapports ont été rédigés par des militants anti-captivité.


Le Marineland argue également que les docteurs Dre Visse et Gallego sont membres du Whale Sanctuary Project, ce qui soulignerait leur parti pris anti-captivité. Quant aux rapports, ils exagéreraient des problèmes de santé que le parc traite correctement. Le Marineland a même fourni un rapport de contre-expertise, réalisé par Monsieur Gojceta. Mais pour One Voice :


Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un dresseur de dauphins, coordinateur pour les grands dauphins du Programme Européen pour les espèces menacées. Quel rapport avec les orques ? De plus, il n’est pas vétérinaire et officie à Attica où a été envoyé Ekinox (le fils de Femke), parc grec condamné pour avoir fonctionné sans la moindre autorisation pendant 4 ans.


L’avocate du parc a conclu :


Le personnel du parc se sent insulté par cette procédure : ils apportent amour et soin aux animaux.


One Voice attend désormais la décision du tribunal, qui sera rendue le 30 juin 2022.