Actus

Lot-et-Garonne : un sanglier domestique menacé

Publié le
21/7/2022

Véronique Consolo, originaire de Villeneuve-sur-Lot, dans le Lot-et-Garonne, se bat depuis le début du mois de septembre 2021 pour tenter d'adopter Woody, le sanglier qu'elle a sauvé. Selon les informations du journal Ouest France, Véronique a découvert Woody dans son jardin alors qu'il était poursuivi par des chiens de chasse.
Véronique explique :

J’ai attendu que les chiens s’éloignent et je l’ai ramené dans un champ à côté de chez moi avec l’espoir qu’il retrouve sa mère. Mais il est revenu. J’ai commencé par le nourrir car il était affamé et assoiffé. 


Depuis, Véronique consacre ses journées à s'occuper du sanglier.

Pendant un mois, je lui ai donné le biberon toutes les deux heures. Heureusement, ma colocataire a pris le relais lorsque je travaillais. Il s’est très bien adapté et est inoffensif. Il réclame beaucoup d’attention. Il aime imiter mes chiens et mes chats. 


Véronique s'est beaucoup attachée à Wendy. Elle a cependant cherché des structures plus adaptées pour lui, mais aucune n'avait de place disponible. Véronique a donc aménagé son jardin pour s'occuper du sanglier. Malheureusement, la détention d'un animal sauvage est interdite par la législation française. Une exception : la détention d'un sanglier pure race à condition de remplir une déclaration et de prévenir la préfecture.


Ce que Véronique a fait. Mais l'administration ne semblait pas l'entendre de cette oreille.

L’administration a refusé et me demande de relâcher Woody dans la nature. J’ai contesté ce refus mais je n’ai pas encore eu de réponse. J’ai aménagé mon jardin qui est désormais entièrement clôturé, un vétérinaire a stérilisé le marcassin et a prouvé qu’il était en bonne santé. Les autorités peuvent venir voir tout ce que j’ai mis en place pour lui.


Comme le rappelle Véronique, elle ne demande que l'application de la loi, qui l'autorise à garder Woody. Elle ajoute :

Je suis combative et je ne lâcherai rien. Mais cela engendre beaucoup de frais. Ce qu’il faut comprendre, c’est que je suis devenue son repère. Dès qu’il ne me voit pas, il panique totalement. Alors cela serait terrible pour lui d’être relâché.


Une pétition a été lancée pour soutenir Véronique. Elle a déjà recueilli plus de 60 000 signatures à l'heure de la rédaction de cet article. N'hésitez pas à la signer en cliquant ici.
(Image d'illustration : Véronique Consolo)

Publicité