Protection

Les autorités décident de fermer définitivement un abattoir dangereux

Publié le
19/4/2023

L'abattoir de Carmaux, fermé temporairement en janvier pour des raisons sanitaires, vient d'être définitivement fermé par le préfet du Tarn, François-Xavier Lauch, en raison de manquements à l'hygiène et à la sécurité. Des travaux avaient été prescrits, mais n'ont pas été réalisés par la société carmausine d'abattage, qui exploite l'entreprise. Cette décision intervient après plusieurs épisodes autour de cet abattoir. Le 13 janvier, le préfet avait déjà décidé de fermer l'établissement en raison d'un risque de contamination des viandes. Sa réouverture avait été autorisée le 28 février, après la mise en place de mesures correctives prescrites par les inspecteurs vétérinaires.

Cependant, la mise en demeure notifiée le 22 décembre 2022 comportait une deuxième échéance au 31 mars 2023, qui concernait la mise en conformité des équipements et des locaux. Le gérant devait réaliser des travaux sur les surfaces pour qu'elles soient facilement nettoyables et désinfectables, remplacer les équipements trop dégradés, et assainir le vide sanitaire situé sous l'établissement. Il devait également transmettre aux services vétérinaires de la direction de la protection des populations (DDETSPP) un dossier d'agrément sanitaire, incluant un plan de maîtrise sanitaire mis à jour, et un échéancier de remise en conformité des locaux s'appuyant sur des devis acceptés et signés. Cependant, le gérant n'a pas transmis ces documents, ce qui a conduit le préfet à prendre la décision de fermer l'abattoir.

Aucune annonce de réouverture n'a été prononcée.
Publicité

Malgré l'accompagnement des services de l'État pour aider le gérant à élaborer un plan de modernisation de l'abattoir, avec une aide de 800 000 euros mobilisée dans le cadre du Plan de relance, la société carmausine d'abattage n'a pas pu bénéficier de cette aide faute de projet concret. Le préfet ne fait pas état d'une possible réouverture dans son communiqué, mais selon la préfecture, les éleveurs ont trouvé sans problème des solutions alternatives sur le territoire pour abattre leurs animaux.

Cette décision de fermer l'abattoir de Carmaux a été prise pour garantir la sécurité des consommateurs. En effet, les manquements à l'hygiène et à la sécurité dans les abattoirs peuvent avoir des conséquences sanitaires graves, comme des contaminations bactériennes qui peuvent provoquer des maladies chez les consommateurs. Il est donc important que les établissements respectent scrupuleusement les normes d'hygiène et de sécurité en vigueur.