Actus

Le responsable d’un refuge animalier condamné à 12 mois de prison avec sursis

Publié le
18/6/2024

Noël Azzopardi, fondateur et gestionnaire du refuge animalier "L'Arche de Noël" depuis 1982, a été condamné à 12 mois de prison avec sursis ce lundi 17 juin. Cette condamnation fait suite à des accusations de maltraitance et de mauvaises conditions de détention d’animaux au sein de son refuge. Le tribunal de Béziers a également prononcé l’interdiction définitive pour Azzopardi de travailler en lien avec les animaux et a ordonné la fermeture définitive de son refuge.

Les premières plaintes concernant l’état du refuge "L’Arche de Noël" ont commencé à émerger il y a quelques années. Cependant, c’est à la suite d'une enquête approfondie menée par l’association Stéphane Lamart, spécialisée dans la défense des droits des animaux, que des preuves substantielles ont été rassemblées. La procédure officielle contre Noël Azzopardi a été initiée le 20 avril 2022, après de multiples signalements de mauvais traitements et de conditions de détention inappropriées des animaux.

Conditions de vie déplorables

L’enquête a révélé des conditions de vie choquantes pour les animaux du refuge. "Les animaux vivaient dans l’obscurité, n’étaient pas correctement nourris, ni abreuvés", indique l’association Stéphane Lamart dans un communiqué. La saisie des animaux, effectuée le 30 novembre 2023, a permis de sauver 86 chiens, 9 tortues de terre, 8 tortues de Floride, 2 serpents vivants et de nombreux oiseaux. "Ces animaux ont été sortis de l’enfer", ajoute le communiqué.

Des témoignages de bénévoles et de visiteurs du refuge ont corroboré les accusations. Ils décrivent des scènes de cruauté et de négligence. Les chiens étaient souvent frappés et affamés, et certains étaient même utilisés pour des trafics illégaux. Les cages étaient trop petites, empêchant les chiens de bouger librement, et beaucoup d’entre eux étaient malades sans recevoir les soins nécessaires.

Lors de son procès, Noël Azzopardi a nié les accusations portées contre lui. "Cela fait 43 ans que je gère ce refuge sans avoir jamais perçu la moindre aide. Alors bien entendu que j’ai vendu des chiots. Mais l’argent allait directement à l’association. Moi je n’ai jamais touché un sou", a-t-il déclaré devant le tribunal. Il a également critiqué l’intervention des services vétérinaires, soulignant qu'ils sont venus sans prévenir et à une heure matinale, ce qui, selon lui, n'a pas permis de préparer correctement le site.

Le tribunal de Béziers a toutefois estimé que les preuves contre Noël Azzopardi étaient accablantes. En plus de la peine de 12 mois de prison avec sursis, il a été condamné à payer une amende de 10 000 euros en tant que personne morale du refuge et 400 euros à titre personnel. La décision de fermer définitivement le refuge "L'Arche de Noël" marque la fin d’une institution qui avait perdu de vue sa mission première de protection et de soin des animaux.

Les réactions des associations de protection animale

La condamnation de Noël Azzopardi a été saluée par de nombreuses associations de protection animale. "C’est une victoire pour les droits des animaux. Les conditions de vie dans ce refuge étaient inacceptables et il est essentiel que justice soit rendue pour ces animaux qui ont tant souffert", a déclaré Stéphane Lamart, président de l’association éponyme.

Publicité

Cette affaire soulève également des questions sur la réglementation des refuges animaliers en France. De nombreuses voix appellent à des contrôles plus stricts et réguliers pour s’assurer que de tels abus ne se reproduisent pas. "Il est crucial de mettre en place des mesures de contrôle plus rigoureuses pour surveiller les refuges et garantir le bien-être des animaux", a affirmé un représentant de la SPA (Société Protectrice des Animaux).

L'avenir des animaux secourus

Les animaux secourus de "L'Arche de Noël" ont été répartis entre plusieurs associations de protection animale, où ils reçoivent désormais les soins nécessaires. Beaucoup d’entre eux nécessitent une réhabilitation physique et émotionnelle après avoir vécu dans des conditions aussi déplorables. "Ces animaux ont besoin de temps et de beaucoup d’amour pour se remettre de ce qu’ils ont vécu", a déclaré un bénévole d’une des associations accueillant les animaux.

L’affaire de "L'Arche de Noël" met en lumière les sombres réalités que peuvent cacher certains refuges animaliers. La condamnation de Noël Azzopardi est un rappel que la négligence et la cruauté envers les animaux ne resteront pas impunies. Elle souligne également l’importance de la vigilance et du signalement de tout comportement suspect concernant la maltraitance des