Actus

Le bourreau d’Athéna, la chienne enterrée vivante, condamné à 8 mois de prison avec sursis

Publié le
29/6/2016

Ce mercredi 29juin, le bourreau d’Athéna, la chienne enterrée vivante et sauvée in extremis en août dernier, a été condamné à huit mois de prison avec sursispar le tribunal correctionnel de Versailles.Un jugement qui intervient quatre moisaprès le décès de l’animal, qui s’était éteint paisiblement dans sa nouvelle famille le 19 février dernier.Le coupable, un homme de 21 ans n’avait pourtant jamais avoué son geste et sa version des faits avait peu de chance de convaincre.Selon lui, Athéna se serait en effet échappée de son domicile. Un récit bancal si l’on considère l’âge avancé de la chienne et ses problèmes d’arthrose.

CeI40GXW8AA-rYH

Source : @Mesopinions

Plus de 540 000 personnes réclamaient justice

Relayée sur les réseaux sociaux par Pedro Dinis, le sauveur duDogue de Bordeaux, l'histoire avait rapidement fait le tour du monde. Une pétitionréclamant la peine maximale pour le tortionnaire de la chienne avait rassemblé près de 543 000 signatures.

buried-dog-4

Source : @Pedro Dinis

Athéna, une chienne qui s'était battue

Le geste du bourreau d’Athéna a en effet de quoi choquer.Lorsque Pedro Dinis l’avait sortie de terre, le 1er août dernier, la pauvre chienne agonisait. En état de choc, elle souffrait d’hyperthermie : sa température corporelle avoisinait 42°C.Porté par un élan de cruauté révoltant,son bourreau avait même enchaîné son cou à un sac de gravats pour ne lui laisser aucune chance.

buried-dog-6-e1445876425920

Source : @Clinique Vétérinaire V24

Transportée d’urgence à la clinique V24 de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), les vétérinaires avaient accompli la prouesse de la tirer d’affaire.Jean-Pierre et Raymonde Delfosse, fondateurs de l’associationSOS Dogue de Bordeaux, avaient alors souhaité lui faire oublier son calvaire et lui offrir un nouveaufoyer.En février, la chienne a malheureusement été emportée par deux tumeurs cancéreuses.

buried-dog-15

Source : @SOS Dogues de Bordeaux

Le tribunal correctionnel de Versailles a par ailleurs interdit au coupable de détenir un chien pour une durée decinq ans.

Image de couverture :  @Pedro Dini