Actus

Des agents de la SNCF interrompent le trafic des trains pour sauver un chat

Publié le
10/7/2023

Deux jours après la condamnation de la SNCF dans l'affaire de la mort tragique du chat Neko, la compagnie semble avoir tiré les leçons de ses erreurs. En effet, le 6 juillet dernier, les agents de la SNCF ont interrompu le trafic en gare de Lyon (XIIe) pour sauver un chat qui s'était réfugié sous un train. Cette intervention démontre que la compagnie ferroviaire a décidé cette fois-ci de prendre les mesures nécessaires pour venir en aide à l'animal en détresse. La Fondation 30 Millions d'Amis, qui avait engagé un procès contre la SNCF, souligne l'impact pédagogique de cette affaire.

L'incident s'est déroulé dans la matinée du jeudi 6 juillet 2023, lorsque le chat a réussi à échapper à la vigilance de son propriétaire et s'est caché sous le train en direction de Paris-Nice. Heureusement, les agents de la SNCF ont immédiatement coupé l'électricité afin de pouvoir intervenir et sauver l'animal. Bien que cet incident ait entraîné plus d'une heure de retard, la réactivité de la compagnie a permis de préserver la vie du chat.

Ce nouvel événement met en lumière la capacité de la SNCF à agir lorsqu'elle le souhaite. Deux jours plus tôt, la compagnie avait été reconnue coupable de négligence dans la mort du chat Neko, qui avait été écrasé par un TGV en gare Montparnasse au début de l'année. Les agents avaient laissé partir le train en sachant que le chat se trouvait sur les voies. Malheureusement, le chat avait perdu la vie, coupé en deux, sous les yeux de sa propriétaire et de sa fille. La Fondation 30 Millions d'Amis, qui avait déposé une plainte contre la SNCF, s'est réjouie de la reconnaissance de culpabilité dans cette affaire, alors que le parquet avait initialement demandé la relaxe.

Deux jours après sa condamnation dans l'affaire de la mort tragique du chat Neko, la SNCF semble avoir tiré les leçons de ses erreurs.

Me Bacquet, l'avocat de la Fondation 30 Millions d'Amis, a réagi en soulignant que dans le cas présent, la SNCF avait démontré qu'une autre solution était possible. Il a déclaré : « On peut remercier la SNCF ; mais cela démontre bien que pour le chat Neko, c'est donc bien volontairement que les agents ont fait démarrer le train. Une autre solution était possible, la preuve en est donnée... par la SNCF elle-même ! » Cette remarque souligne l'importance de la prise de responsabilité de la part de la SNCF et la nécessité d'éviter de répéter les mêmes erreurs.

L'affaire du chat Neko a eu des répercussions pédagogiques significatives. La Fondation 30 Millions d'Amis espérait que la mort tragique de ce pauvre chat, qui a suscité une vive émotion dans l'opinion publique et même au sein du gouvernement, inciterait la SNCF à mettre en place des procédures claires pour éviter que les décisions prises par les agents ferroviaires dans de telles situations ne conduisent à nouveau à la mort d'un animal. Les mesures salvatrices prises à la gare de Lyon pour sauver un autre chat égaré sur les voies semblent indiquer que le message a été entendu et que des changements positifs sont en cours au sein de la compagnie ferroviaire.