Actus

Chambéry : interdiction de tous les cirques

Publié le
24/10/2022

La ville de Chambéry a choisi de prendre position de manière très claire, le 17 octobre 2022, en interdisant tous les cirques avec animaux, y compris les animaux domestiques ou les animaux comme les chameaux ou les serpents. Comme le rappelle le site d'informations France 3, si une nouvelle loi, entérinée à la fin de l'année 2021, interdit bien la présence d'animaux sauvages dans les cirques, elle ne concerne pas les autres.

Ce vœu a été adopté au cours du Conseil municipal et se veut avant tout symbolique.

Par ce vœu, la Ville souhaite poursuivre dans son ambition d’exemplarité en faveur du bien-être animal et propose que cette interdiction de mise en scène des animaux dans les cirques, les privant de leur dignité, s’étende à tous les types d’animaux, qu’ils soient sauvages, domestiques, de ferme ou autres.

Sabrina Haerinck, conseillère municipale déléguée à la protection des animaux et du vivant, à l’origine du projet, ajoute :

C’est juste une orientation politique que la municipalité souhaiterait. Le but, c’est que plein de villes fassent la même chose, et que la multiplication des vœux montre au législateur qu’il serait intéressant de changer la réglementation.

Malgré tout, la ville de Chambéry ne peut pas, juridiquement, empêcher la venue d'un cirque avec des animaux si celui-ci s'installe sur un terrain privé. La municipalité a malgré tout indiqué qu'elle veillerait à ce que les animaux soient correctement traités. L'association Justice Animaux Savoie s'est de son côté réjouie de cette prise de position :

Que ce soit un lion, un zèbre, une chèvre, un poney ou un chat, ces animaux n’ont pas leur place dans des camions à l’année, attachés sur des parkings. Pour nous, c’est un acte fort, car si toutes les communes s’y mettent, on peut espérer une évolution de la réglementation. Ça montre aussi que les cirques avec animaux ne sont pas les bienvenus dans les villes ayant voté ce type de vœux.

Chambéry n'est pas la première commune à voter de pareils vœux, puisque Montpellier, Grenoble ou encore Villepreux ont déjà sauté le pas.

Publicité