Actus

Ariège : point sur l'enquête de l'ours tué

Publié le
21/7/2022

En juin 2020, un ours brun était abattu en Ariège. Un an après, malheureusement, l'enquête n'a toujours pas permis de retrouver les coupables. L'association Sea Shepherd, qui avait promis d'abord 10 000 euros, puis 50 000 euros de récompense pour toute information conduisant à l'arrestation du tireur, fait le point.L'association de défense des animaux a notamment dénoncé l'attitude de la maire d'un village proche d'Ustou, où a eu lieu le drame : l'élue avait demandé à "la montagne de rester muette" afin de ne pas dénoncer le responsable de la mort de l'animal. La Sea Shepherd confie :

On ne peut qu’imaginer la pression qui pèse sur les épaules (et celles des proches) de ceux qui auraient des informations pouvant faire avancer l’enquête…

Source : Twitter

L'association a par ailleurs porté plainte contre la maire, Christine Téqui, pour diffamation, après que celle-ci a comparé la Sea Shepherd à une "pompe à fric". Une autre plainte visait l'ASPAP (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine d’Ariège Pyrénées), pour une comparaison plus qu'hasardeuse entre la récompense proposée par l'association et une "chasse à l’homme avec prime à la délation, [...], des procédés dignes de la guerre 39-45".Quant à l'enquête sur la mort de l'ours, elle suit son cours. Jean Tamalet du cabinet King & Spalding, avocat de Sea Shepherd France, explique :

Une enquête préliminaire dure en moyenne entre 1 et 3 ans en France et nous avons bon espoir que les enquêteurs finissent par identifier les auteurs de ces délits, qu’il s’agisse de l’auteur des coups de feu ou des personnes qui l’aident à échapper à la justice. Les gendarmes en charge de l’enquête semblent très motivés

La récompense est toujours d'actualité. Julien Muller, fondateur du réseau Pet Alert, a par ailleurs participé à hauteur de 10 000 euros, afin de retrouver les coupables au plus vite.L'année 2020 a été particulièrement meurtrière pour les ours dans les Pyrénées. Au début de l'année, l'ours Cachou a été empoisonné. Puis, en novembre, l'ourse Sarousse a été tuée par un chasseur lors d'une battue aux sangliers. Les associations demandent depuis le remplacement des animaux abattus.