On connaît enfin le sort réservé aux Corgis de la reine Élisabeth II

La reine Élisabeth II est morte le 8 septembre 2022, dans son château de Balmoral, en Écosse. La souveraine, qui a régné plus de 70 ans sur le Royaume-Uni ainsi que sur les pays du Commonwealth, a marqué à jamais l'histoire du monde. Témoin des plus grands événements du XXe siècle, elle laisse derrière elle une image indélébile au sein de la monarchie britannique.

Si le décès de la souveraine a ému de nombreuses personnes, déclenchant une vague d'hommages sans précédent, beaucoup se sont aussi inquiétées du devenir de ses deux Corgis, Muick et Sandy. Élisabeth II était en effet connue pour son amour des chiens, et en particulier des Corgis. Elle en a eu, au cours de sa vie, plus de trente. Ses parents lui ont offert son premier Corgi, Susan, en 1944, à l'occasion de son dix-huitième anniversaire, soit huit ans avant son accession au trône.

Source : AFP

En 2021, après la mort du prince Philip, ses enfants lui avaient offert deux chiots, Muick et Fergus, afin d'égayer son quotidien. Hélas, Fergus était mort quelques semaines plus tard. Le prince Andrew, son fils cadet, lui avait alors offert un autre Corgi, Sandy, à l'occasion du 95e anniversaire de la souveraine.

Après l'annonce de la mort d'Élisabeth II, de nombreux internautes s'étaient demandé ce qu'il arriverait aux deux chiens, d'autant qu'une terrible rumeur s'était propagée sur la toile : les deux Corgis seraient euthanasiés, Élisabeth II ayant émis le souhait, quelques années plus tôt, qu'aucun de ses chiens ne lui survive. En réalité, la monarque n'avait plus souhaité adopter de toutou après la mort de son dernier Corgi, en 2018, afin que l'animal ne se retrouve pas "orphelin". Elle avait simplement fait une exception pour Sandy, Fergus et Muick.

Un porte-parole du prince Andrew et de la duchesse d'York Sarah a cependant dissipé très rapidement cette rumeur. Les deux Corgis rejoindront le prince et resteront donc dans la famille royale.

Publicité
✍ Article publié le
15/9/2022
par
Andrea A.